• Bilan Kirghizistan

    Dates: Du 27 octobre au 1er novembre 2015

    Itinéraire :

    Nous avons pris la route de Osh à Sary Tash, puis de Sary Tash à Irkenshtam. On ne peut pas vraiment se tromper : il n’y a pas d’autre route. La route est de plus en plus belle, et devient exceptionnelle à partir de la descente sur Sary Tash.

    Nous aurons toujours eu ce sentiment de faux plat systématique au Kirghizistan. Arrivé en haut d’une côté, lorsque l’on devine enfin la descente, l’on réalise en fait que cela continue de monter. C’est assez déroutant. Nous étions souvent trompés par le décor de part et d’autre de la route qui lui évoluait différemment. Nous nous sommes plusieurs fois retournés pour vérifier que nous montions bien. Visuellement on descend. Physiquement on force comme en montée. L’altimètre annonce que l’on monte. Mais on a besoin de vérifier en se retournant.

    Etat des routes :

    Bonne en général.

    Nombre de km à vélo: 272 pour 4 800 métres de dénivelé positif

    Hébergement :

    • Nb de nuit en auberge de jeunesse /hotel : 1
    • Nb de nuit en bivouac : 3
    • Nombre de nuit chez l’habitant : 2

    Argent dépensé :

    en 6 jours, 5600 som soit 465 KGS/jour/pers

    équivalant à 73 eur soit 6,10 EUR/jour/pers

    Prix d’une nuit d’hotel : 1000 som

    Repas pour 2 : 200 – 300 som environ (60 som pour un samsa par exemple)

    Condition météo :

    Nous avons eu très beau temps jusqu’à notre dernier jour (le 2 novembre). Les nuits étaient fraiches (environ 0° dans la tente, mais il était tout à fait possible de camper).

    Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo : notre dernier jour, il neigeait, et si on était passé 2 jours plus tard, il aurait été beaucoup plus difficile de rouler entre Sary Tash et la frontière à cause de la neige et du froid.

    En bref

    La destination se prête très bien au voyage à vélo en autonomie. Nous y serions volontiers restés plus longtemps si nous étions arrivés un peu plus tôt dans la saison.

    Les + :

    • Les paysages grandioses,
    • Les kirghizes (très bienveillants et accueillants), les enfants très enjoués à notre égard.
    • La facilité de se faire prendre en stop pour avancer plus vite (les sollicitations sont fréquentes).
    • Beaucoup de possibilités de beaux bivouacs.

    Les – :

    • Avis assez mitigé niveau culinaire (qualité très inégale), peu de choix et peu de possibilités une fois sorti des grosses villes.
    • Peu de commerce (juste ce qu’il faut).

     

     

     

     

     

     

     

One Responseso far.

  1. Michel Jodar dit :

    Juste un petit mot pour vous souhaiter une bonne Année 2016
    et merci pour vos commentaires et photos.Continuez à nous faire rêver
    Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *