Prendre le bateau, le bus ou le train avec son vélo

 En ASIE

CHINE

Pour les trajets en train, il est possible de faire des simulations via l’application Ctrip pour connaitre les horaires et les prix.

Kashgar-Turpan : Train

train de 24h. La gare est très à l’extérieur de Kashgar. Il faut prévoir suffisamment de temps pour y arriver et pour aller déposer ses vélos dans le « check-in » du côté droit de la gare : cela fonctionne comme les bagages en soute dans les aéroports. Nous avions acheté nos billets de train dans un bureau juste à côté de l’ancienne gare routière (mais on peut également les acheter à l’office de tourisme au centre ville). Nous avions payé un supplément pour les vélos à la gare. (Attention de bien cacher ses couteaux pour ne pas se les faire piquer au contrôle d’entrée dans la gare).

A Turpan, il y a 2 gares (une pour les trains lents à 40km de la ville, une pour les trains rapides à 15 km de la ville). Nous sommes donc arrivés à la gare des trains lents, avons récupéré nos vélos (qui ont voyagé dans le même train que nous) au check-in, puis sommes allés à Turpan en vélo.

Turpan-Jiayuguan : Bus

La gare de train rapide de Turpan n’accepte pas les vélos et il semblerait que cela soit la même chose pour les trains lents pour le trajet Turpan-Liuyuan .

On a pris un premier bus (à la gare routière de Turpan) pour Hami qui partait vers 9h, pas de problèmes pour mettre les vélos en soute moyennant un supplément (98 CNY par personne et 180 CNY pour les 2 vélos). Nous sommes arrivés à Hami vers 16h30.

Il a fallu attendre le lendemain pour prendre un autre bus. On souhaitait d’abord aller à Dunhuang, mais le bus du matin était complet et il fallait attendre celui de 14h. On ne voulait pas attendre une journée dans la ville d’Hami donc on a pris le premier bus pour Jiayuguan le matin à 9h. Il a fallu pas mal négocier avec le chauffeur pour mettre les vélos dans le bus mais au final on n’a pas payé de supplément. On arrive à Jiayuguan vers 17h.

Zhangye-Lanzhou : Train

On a acheté les billets à la gare. Il y a beaucoup de trains pour Lanzhou. Le voyage dure 5h environ. On a déposé les vélos au check-in à droite de la gare. Ils ont voyagé dans le même train que nous.

Lanzhou-Hézuo : Bus

On avait vu sur internet qu’un bus Lanzhou- Songpan existait. On s’est rendu à la gare routière Sud de Lanzhou (qui est assez loin du centre). La guichetière nous a dit qu’il y avait une escale à Hézuo (du moins c’est ce qu’on a compris). On a donc pris un bus pour Hézuo à 9h. Nous y sommes arrivés à la gare routière nord d’Hézuo en début d’après-midi. Pour continuer notre voyage en bus il a fallu aller dans une autre gare routière, au sud de la ville. De là on a compris qu’il y avait encore une étape à Zoige et qu’il fallait attendre le lendemain pour prendre le bus.

Lanzhou-Chengdu: Train

Nous avons pris des “hard-seat” car il n’y avait plus de place « en hard-sleep » (wagon couchette). Il y a 21h de trajet. Nous avons amené nos vélos au dépose bagage, à droite de la gare, 2 heures avant notre départ. Ils n’ont pas pris le même train que nous et sont arrivés 20 heures après nous. Nous sommes allés les récupérer au dépose bagage à droite de la gare sans problèmes.

Dali-Kunming: Bus

Il faut aller à la gare routière de la nouvelle ville de Dali, située à 15km de la vieille ville (Des bus partent de la vieille ville mais ils sont petits et ne peuvent pas prendre de vélo). Nous avons acheté les billets sur place (127 CNY chacun) et sommes partis presque de suite (vers 10h30). Nous avons négocié le prix des vélos avec le chauffeur (environ 160 CNY). On arrive à la gare routière ouest de Kunming vers 16h.

Kunming-Hekkou: Bus

Il n’est pas possible de mettre les vélos dans le train qui part pour cette frontière Vietnamienne (pas de wagon cargo). On a donc opté pour le bus. La gare routière Est d’où partent les bus pour cette destination est vraiment pas facile d’accès en vélo. Il faut compter une bonne heure (de 4 voies) depuis le centre-ville. Nous avons acheté les billets de bus sur place. On nous avait conseillé de prendre le bus de 10h car plus grand que les autres donc moins de difficulté pour y mettre les vélos. Le trajet en bus est 2 fois plus cher qu’en train (150 CNY par personne et on a négocié le prix des vélos avec le chauffeur 150 CNY pour les 2 vélos). On arrive vers 16h à Hekkou.

 

VIETNAM

Hanoï-Haiphong

Le train rapide part à 6h (2h de trajet). On achète les billets la veille à la gare (55 000 par personne en hard seat sans clim). Le matin même on contourne la gare pour entrer du côté opposé à l’entrée principale. A cet endroit on peut acheter le supplément pour les vélos (20 000 VND par vélo) et amener le vélo directement sur le quai. Il y a un wagon cargo. Un employé nous aide à mettre les vélos dedans. C’est vraiment plus simple et moins cher qu’en Chine.

Pour aller à Cat Ba depuis Haiphong il faut rouler jusqu’à l’embarcadère (pas vraiment facile à trouver), prendre un premier ferry d’une demi-heure pour Cat-Hai, traverser l’ile et prendre un nouveau ferry pour Cat Ba.

Hanoï-Haiphong

Il y a un train à 18h40. Il faut acheter le supplément vélo directement au guichet d’achat des billets. Arrivée à Hanoï vers 21h30.

Hanoï-Vinh

On achète les billets le jour même. Il n’y a plus de place en hard sleep donc on prend la catégorie au-dessus : 355 000 VND par personne (et 63 000 VND pour les vélos). C’est la même manière de fonctionner que pour Haiphong. Notre train part à 22H40 et arrive à 5h40.

 

CAMBODGE

Siem Reap-Battambang

Il est possible de prendre un bateau pour ce trajet, qui dure entre 6 et 8h et coute 25 $ par tête. Il faut rajouter environ 7$ pour les vélos.

Nous avons pris le bus. Des agences proposent le trajet à 6$ par tête + 5$ par vélo. Nous sommes directement allés à la gare routière et avons payé 5$ par personne + 3$ par vélo. Le trajet dure environ 4h30.

 

THAILANDE

Pak Chong – Ayutthaya

Ayutthaya – Bangkok

Bangkok – Phitsanulok

Le train fonctionne comme au Vietnam : on prend les vélos sur le quai est on les met dans le premier wagon qui est un wagon cargo. C’est très facile et pas cher.

 

BIRMANIE

Attention, on est très secoué pendant les trajets en trian en Birmanie !

Comme dans les précédents pays, il y a des wagons cargos ou on peut laisser nos vélos en payant un petit supplément.

Moulmein – Yangoon

A Moulmein, nous avons réservé nos billets le matin pour le soir même. Le soir nous sommes arrivés tôt pour aller payer le supplément vélo dans une guérite à l’extrémité droite du quai. Nous avons fait le trajet jusqu’à Yangoon de nuit sur des sièges « plutôt confortable ».

Yangoon – Thazi et Thazi – Shwenyaung

A Yangoon, il faut arriver à l’avance et déposer son vélo au dépose bagage à droite de la gare.

Nous avons pris un train de nuit (que nous avions réservé la veille), nous étions seulement 2 dans la cabine couchette pour un prix très raisonnable.

Arrivés à Thazi au petit matin et on prend le train pour Shwenyaung à 7h : 10h de trajet pour 144km ! On ne peut pas dire que ça avance vite !

 

INDE

Attention aux personnes qui veulent vous aider avec votre vélo / vos bagages. Elles demandent ensuite beaucoup d’argent.

Pour le train, nous avons toujours pris la « 2nd classe sleeper ». C’est beaucoup moins cher que les classes climatisés, et bien que nous étions en Inde au mois de mai, lorsque le train roule (avec les fenêtres ouvertes) on a rarement très chaud (on avait parfois même un peu froid pendant la nuit).

En tant qu’étranger, on a accès dans la plupart des villes touristiques à un bureau international pour acheter ses billets.

Attention aux rabatteurs (surtout devant la gare de New Delhi) qui sont très persuasifs et vous disent que le bureau est ailleurs. Ils vous font prendre un touctouc et vous amènent dans une agence privée où il est écrit quelque chose comme « office du tourisme » sur la devanture.

Il existe un quotas de billets pour étranger (et heureusement car les trains sont toujours pleins).

Si le train que vous voulez prendre est plein, on vous proposera d’acheter une place sur liste d’attente (au même tarif). Le jour J, s’il n’y a pas de désistement, ou que vous êtes trop loin sur la liste d’attente, vous pourrez toujours prendre votre train mais n’aurez pas de place attitrée. Il faudra tomber sur un gentil indien qui vous prête un bout de banquette.

En règle générale, il vaut mieux réserver ses billets de train en avance en Inde. Pour connaitre les horaires des trains : https://www.cleartrip.com/trains

Imphal –Shillong

Voir sur la page « notre route », le lieu exact pour acheter les billets de bus.

Plusieurs agences proposent ce trajet. Nous avons accroché les vélos sur le toit.

On part vers 10h du matin et on arrive à Guwahati vers 2h le lendemain matin. Le chauffeur avait vraisemblablement oublié qu’il devait continuer jusqu’à Shillong car on le réveille vers 6h (on s’était nous aussi endormi en croyant qu’il s’agissait juste d’une longue pause). Au final, étant les 2 seuls clients à se rendre à Shillong, le bus paye une jeep-taxi pour nous y amener.

Phulbari – Dhubri

Nous avons traversé en bateau pendant une saison où l’eau était basse. Voir la page « notre route » pour les lieux exacts où nous nous sommes rendus pour traverser.

Les barques partent quand il y a assez de clients, donc l’attente peut durer plusieurs heures. On prend un premier bateau vers 10h du matin, il nous dépose sur l’ile d’en face que nous traversons à pied. Nous rejoignons un second bateau, partons vers 13h et arrivons à Dhubri vers 17h !

Dhubri – Siliguri

Nous avons pris un bus de nuit (avec les vélos sur le toit). Nous sommes partis vers 20h et sommes arrivés à la gare routière de Siliguri vers 2h du matin.

Siliguri – Darjeeling

Le plus simple pour se rendre à Darjeeling est de prendre une jeep privée à partager avec d’autres clients. Nous n’avons pas eu de problèmes pour mettre les vélos sur le toit.

Gorakhpur- Varanasi

De Gorakhpur, nous voulions rejoindre New Delhi, mais tous les trains étaient complets pendant 3 jours. Il n’existe pas de bureau de réservation pour touristes dans cette ville.

Nous sommes arrivés 2h avant notre train pour Varanasi, mais impossible de trouver comment faire pour les vélos malgré l’aide de plusieurs personnes. Nous avons finalement pris les vélos avec nous et les avons attachés entre 2 wagons. Personne ne nous a rien dit.

Varanasi – New Delhi

Il y a deux gares. Il existe un bureau de réservation pour touristes dans la gare principale « varanasi city railway ».

Nous avons réservé notre billet à varanasi city railway pour un train le lendemain au départ de Varanasi junction sans être sûr que nous pourrions prendre nos vélos. Nous sommes arrivés à l’avance à la gare, et n’avons pas eu de problèmes pour trouver le bureau « Parcel » où enregistrer nos vélos dans le wagon cargo.

New Delhi – Udaipur (en train de nuit)

Udaipur – Ranakpur – Jodhpur (en bus local sur la journée)

Jodhpur – Jaisalmer (en bus couchette, de journée)

Jaisalmer – Jaipur (en train de nuit)

Jaipur – Agra (en train, de journée)

Agra – New Delhi (en train, de journée)

Nous n’avons eu aucunes difficultés particulières à faire ces trajets (d’autant plus que nous n’avions pas les vélos) en réservant les billets la veille du départ.

New Delhi – Dharamsala

En bus depuis la gare routière du nord de la ville. Nous avons attachés nos vélos sur le toit.

Chandigarh – New Delhi

Nous avions réservé ce billet avant de partir de New Delhi, quelques jours avant, car nous étions au mois de mai, période de vacances scolaires, où les indiens montent dans le nord pour trouver un peu de fraicheur. Nous avons laissé nos vélos au bureau « parcel ».

 

NEPAL

Kakarvitta – Katmandou

Le bus part à 16h. Nous avons pu accrocher les vélos sur le toit.

Katmandou – Pokhara

Nous avons acheté nos billets le matin même à la gare routière. Il y a des bus qui partent toutes les demi-heures le matin. Nous avons accrochés nos vélos sur le toit.

Pokhara – Besisahar – Tal

Le bus part depuis la gare routière touristique à 6h30-45 tous les matins. Les billets de bus pour les étrangers sont beaucoup plus chers que pour les locaux. On vous conseille d’arriver tôt : il y a bien plus de places vendues que de places assises dans le bus.

Nous sommes arrivés à Besisahar vers 11h puis avons partagé une jeep avec d’autres touristes pour éviter les premiers kilomètres du trek qui sont inintéressants. Nous avons atteint Tal vers 17h (nos covoitureurs sont allés jusqu’à Chame pour 2000 roupies indiennes/personne).

Jomsom –Pokhara

Il est possible de continuer à pied, mais le trek est en fait sur la route. Nous avons donc pris un bus. Nous l’avons réservé en fin d’après-midi pour le lendemain matin vers 7h. Le prix est exorbitant (étant donné le coût de la vie au Népal). Nous avons payé 1700 roupies.

 

*************************************************************************************************************

En AFRIQUE

KENYA

Nous n’avons pas pris de transport au Kenya

 

TANZANIE

Pangani à Mkokotoni

Nous avons pris un bateau cargo de Pangani à Mkokotoni.

Comme les bateaux coulent régulièrement, on nous avait conseillé de ne pas prendre une des petites barques transportant les passagers (qui partait de Mkaja je crois). En effet, comme les Tanzaniens ne savent pas nager, pour la plupart, si la barque coule ils s’accrochent à vous.

Depuis Pangani, il n’est pas évident de comprendre à quelle heure partent les bateaux cargos. Il faut faire attention à l’heure qu’on vous dit dans un anglais approximatif : cela peut être l’heure swahilie qui est en fonction du lever et du coucher du soleil et qui n’a aucun rapport avec l’heure qu’on utilise.

Les bateaux sont chargés à marée basse et partent une fois que la marée est montée.

Il nous avait fallu passer par l’intermédiaire d’un passeur, seule personne à baragouiner quelques mots d’anglais. Nous avons payé 90 000 shillings tanzaniens, dont 40 000 sont allés au passeur, et 50 000 au capitaine.

La traversée (de nuit) s’est bien passée, mais a été un peu longue (17h sur le bateau).

Stone Town – Dar es Salaam

Nous avons pris une navette de nuit (20h-6h du mat), bien moins chère que celle de jour, mais quand même chère pour les étrangers : environ 20 US$ pour le billet « business ». en tant qu’étranger, il n’est pas possible de choisir la classe inférieure.

 

MALAWI

Loin de la capitale, il est possible d’accrocher son vélo à l’arrière des minibus. Par contre, dans la capitale, le contrôle policiers sont fréquents et le chauffeur du minibus a du payer une amande alors que les vélos étaient dans l’habitacle.

Nous avons aussi fait du stop dans un grand camion, c’était payant, autant pour nous que pour les locaux.

 

ZAMBIE

Chipata -Lusaka

Nous avons pris un bus de Chipata à Lusaka. Les bus partent le matin de bonne heure (entre 4 et 6h), il y a le choix entre plusieurs compagnies. Nous avons payé un supplément pour mettre les vélos en soute. Nous sommes arrivés dans l’après-midi

Lusaka – Livingstone

Nous sommes partis de la gare routière le matin (vers 9-10h). Il y a le choix entre plusieurs compagnies. Nous avons payé un supplément pour mettre les vélos en soute. Nous sommes arrivés à Livingstone dans l’après-midi.

Livingstone – Windhoek

Nous avons réservé un bus « Intercape » de Livingstone à Windoek. Il y a deux bus par semaine, et dans notre cas, il avait fallu réserver 2 jours à l’avance. Normalement 30kg de bagages sont autorisés puis il faut payer un supplément pour chaque kg supplémentaire. Les chauffeurs n’étaient pas vraiment contents de nous voir arriver en vélo. Ils n’avaient pas l’habitude et nous ont fait payer un supplément de 50 dollars namibiens.

Nous avons mis nos vélos dans les soutes du bus puis dans la remorque que le bus a récupérer à la frontière Namibienne.

Nous sommes partie vers 10h et sommes arrivés le lendemain, au petit matin.


AFRIQUE DU SUD

Springbok – Piketberg

Nous avons réservé l’après-midi pour le soir même un bus Intercape. Nous sommes partis vers 1h du matin et sommes arrivés à Piketberg à l’aube.

Le bus avait une remorque, le chauffeur n’a rien dit et ne nous a pas fait payer de supplément.

Swellendam – George

Nous avons pris le Baz bus pour ce trajet qui était 10% plus cher qu’Intercape mais pour lequel on été sûr qu’il y avait une remorque.

Nous n’avons pas eu à payer de supplément pour les vélos.

 

Nous avons appris par la suite que le Baz bus était surtout intéressant pour les personnes qui souhaitaient faire des étapes entre leur départ et leur destination finale. Par exemple, lorsqu’on paye un trajet Cape Town – Port Elisabeth, on peut s’arrêter entre ces deux villes autant de fois que l’on veut et reprendre le bus quelques jours plus tard avec le même billet.

 

Stormsriver – Cape Town

Nous avons pris Intercape (reservation et paiement par internet). Pas de problèmes pour les vélos (il y avait une remorque) et pas de supplément. Nous sommes partis à 21h et arrivés à l’aube.